Recherche
Recherche
L’Audace d’Entreprendre : Contribution de Ada Yaya Bocoum

L’Audace d’Entreprendre : Contribution de Ada Yaya Bocoum

L’ouvrage « L’Audace d’Entreprendre : Une jeunesse en Action » mène des réflexions sur les défis de l’entrepreneuriat dans le contexte africain et propose des approches réalistes pour y faire face. On y découvre également le parcours d’entrepreneurs de divers domaines – ce sont des exemples concrets et inspirants pour les jeunes. L’ouvrage est préfacé par l’entrepreneur et consultant Ibrahima Théo Lam, et le coach Marcellin Gandonou est intervenu pour le texte avant-propos à l’endroit du lecteur.

Les entrepreneurs ayant contribué à cet ouvrage sont : Epiphane Senou, Adjaratou Lawani, Sessi Hounkanrin, Odile Gnonwin, Eulodie Hodonou, Caludia Togbe, Natacha Agbahoungba, Moustakimou Sadji, Riva Bonkoungou et Ada Y. Bocoum. L’Auteur, par ce canal, les remercie à nouveau pour le temps et les sacrifices. Plus bas, vous découvrirez les options pour avoir cet ouvrage.

A travers cette tribune, nous partageons avec vous la contribution de Mme Ada Yaya Bocoum. Cliquez pour tweeter

C’est pour moi un plaisir de contribuer à cet ouvrage qui se veut inspirant pour la jeunesse entreprenante du continent africain. Je suis Ada YAYA BOCOUM, Architecte Urbaniste, Gérante de l’Agence d’architecture et d’urbanisme  AFRICA ETUDES SARL basé à Ouagadougou au Burkina Faso. J’exerce depuis plusieurs années dans cette activité, profession libérale, au service des populations.

J’ai démarré mon entreprise en 2010 après avoir travaillé comme salariée dans une autre agence pendant 08 ans environs. A un moment, j’ai eu le sentiment que je n’avançais plus et j’ai senti le besoin de me donner d’autres challenges. En vérité, le principal déclic était l’insatisfaction face aux efforts fournis (avec le temps de travail et la rémunération qui ne me convenait plus). Comme j’avais envie de nouveaux challenges, cela m’a inspiré à faire le choix de quitter l’agence dans laquelle je travaillais pour créer la mienne. Je suis, actuellement en 2020, dans ma dixième année en tant qu’entrepreneure et dans ma quarantième année de vie.

Mon idée d’entreprise est la réalisation de mon métier d’architecte urbaniste. Dans cette passionnante aventure, j’accompagne les particuliers et entreprises dans la réalisation des ouvrages de qualité, uniques en leur genre et en lien avec les aspirations des clients. Je suis en quête perpétuelle d’innovations et mon souhait est d’expérimenter les nouveaux outils pour mieux satisfaire mes clients. J’ai donc commencé en me disant que cela devrait marcher puisque tout le monde a besoin de se loger et de s’abriter. Il faut remarquer que près de 80% des constructions dans nos pays se font sans faire intervenir les professionnels mais le marché de l’architecture existe et cible des particuliers/entreprises qui sont dans la recherche permanente d’ouvrage de qualité. C’est cette cible qui constitue nos prospects et la satisfaction du travail aboutit fait appel à d’autres clients.

Au Burkina-Faso, il faut dire que l’environnement institutionnel accompagne les entrepreneurs à travers plusieurs structures, projets et programmes tant nationaux qu’internationaux. Mais force est de constater que beaucoup restent encore à faire dans la dynamique d’orienter les interventions des différents partenaires pour plus d’efficacité dans l’accompagnement aux entrepreneurs.

Dans la réalisation quotidienne de nos activités, nous rencontrons certaines difficultés car nous exerçons un métier mal connu et les populations sont convaincues que l’architecte est réservé à ceux qui ont les moyens. Cet obstacle est un frein dans la réalisation des activités mais on peut bien travailler à corriger cela. Des actions de sensibilisation et de communication périodique sur ce métier sont recommandées avec l’assistance des parties prenantes et bénéficiaires des interventions. Au Burkina Faso et dans d’autres pays de la sous-région, il serait impérieux d’envisager également des sanctions sévères pour les personnes qui ne respectent pas les règlementations en matière de construction.

C’est évident que beaucoup d’actions sont menées par les gouvernants mais très souvent, entre le discours politique et les réalités des services compétents dans l’accompagnement des entrepreneurs, il y a des écarts remarquables. Nous assistons à plusieurs programmes d’appui à l’entrepreneuriat où des montants importants sont distribués pour les femmes et les jeunes. Mais malheureusement l’impact n’est pas très souvent visible. Et pour cause ! Pour un projet nécessitant  12 millions pour le démarrage, il est octroyé une subvention d’amorçage de 02 millions au promoteur. Dans ces conditions, qu’attendons-nous comme résultat dans 6 mois ou plus (selon la durée du projet) ? Un échec absolu dans la majorité des cas pour cette forme de financement…

Par ailleurs, en raison de la peur de prendre des risques financiers importants, très peu de places sont offertes aux projets innovants (ce qui est aux antipodes du discours politique).

« Ce n’est pas l’argent qui crée une entreprise ; ce sont les Hommes ». C’est une assertion que je partage car on peut bien démarrer son entreprise sans grands moyens et in fine, se servir de son réseau relationnel et du personnel qui travaille pour bâtir une entreprise prospère. Nous avons connu au Burkina Faso plusieurs initiatives financées pour booster l’entrepreneuriat mais qui se sont soldées par des échecs. Citons par exemple, le cas du PAPME qui avait octroyé des prêts aux entreprises. Mais les remboursements ont été difficiles ; ce qui a compromis la survie du programme. Il ne suffit donc pas d’accorder un prêt ou une subvention pour faire vivre une entreprise. Il y a beaucoup plus important que l’argent octroyé et ce qui manque souvent aux programmes du genre, c’est le suivi rigoureux de la gestion et l’usage des montants perçus par les bénéficiaires.

Si je dois porter un regard sur le système entrepreneurial au Burkina, sans faire un diagnostic complet, je dirai quand même que les entreprises qui se créent chez nous meurent très tôt. En fait, si la base de création d’entreprise est juste pour avoir un marché parce que ton cousin est aux affaires, l’entreprise fermera lorsque le cousin ne sera plus aux affaires… Il n’est pas facile d’entreprendre, ceux qui s’engagent dans l’entreprenariat en se disant que c’est facile l’apprennent à leur dépend. Car c’est une longue aventure, une tache de longue haleine et c’est énormément de sacrifices, de disciplines et de travail pour arriver au succès. Pour réussir les actions en cours dans l’accompagnement des entreprises, il faudra mettre en place des dispositifs sérieux pour renforcer et suivre les entreprises (PME) existantes afin qu’elles puissent accroitre leur chiffres d’affaires et recruter de plus en plus de personnel. Cela contribuera à la stabilité de l’économie et donc à la prospérité.

L’entrepreneuriat est un long chemin. Aux jeunes qui veulent s’y lancer, je leur dirai que c’est un beau voyage. Cependant il n’est pas évident de s’y engager ; il faut beaucoup d’audace, d’humilité, de respect du personnel et des clients et être dans une quête permanente d’amélioration de ses prestations, produits ou services. Ce qui exige donc de l’entrepreneur qu’il soit dans une logique de toujours apprendre pour s’améliorer au quotidien.

Pour finir cette tribune, je dirai aux aspirants entrepreneurs qu’entre le Business plan de départ et la réalité de l’entreprise, il y a un écart et il faut s’y adapter. Il faut comme valeurs la persévérance, le travail, le courage pour contrer les difficultés de parcours mais aussi assez d’audace, d’innovation. La discipline est également un compagnon de tous les jours car elle intervient dans presque tous les maillons de l’entreprise dont la gestion financière et des employés.

Pour prendre contact avec Ada YAYA BOCOUM, prière visiter le site internet AFRICA ETUDES : www.africaetudes.com

Pour avoir cet ebook, nous vous proposons plusieurs options :
1. Vous souhaitez accompagner l’Auteur à travers une modeste contribution (vous payez pour l’avoir), ce lien est le vôtre : AudaceDentreprendre (payant). Vous payez et recevez votre exemplaire de l’ebook.

2. Vous souhaitez accéder à la version gratuite de cet ouvrage… Ce lien est le vôtre : Audace_dEntreprendre_Ebook  Il vous sera demandé de vous abonner pour le recevoir.

3. L’ouvrage est également disponible en téléchargement sur le site Generation Coaching.

Dans tous les cas de figure, nous avons pensé à vous ! Après la lecture, tous les contributeurs souhaitent avoir vos avis. Quelles réflexions et idées vous inspire la lecture de cet ouvrage ? Dites-le nous en commentaires.

A bientôt sur le Blog de José.

Avant de partir, prenez le temps de lire gratuitement votre premier livre audio (cliquez sur le lien).

Ecrit par
José Herbert AHODODE
Ajouter un commentaire

S’abonner au Blog de José