Recherche
Recherche
COVID-19 : quelles leçons à retenir pour l’Afrique ?

COVID-19 : quelles leçons à retenir pour l’Afrique ?

La Covid-19 constitue l’un des éléments perturbateurs les plus marquants de notre époque. Elle n’a ménagé personne et a remis en cause notre style de vie ainsi que les normes et habitudes. Dans cette tribune, Asmaou Djima Radji propose un bref aperçu sur cette situation en partant de la genèse de l’espèce humaine tout en exposant les impacts dans notre vie quotidienne. Ensuite, elle présente comment la technologie joue un rôle important dans notre quotidien face à la Covid-19. Elle admet que cette pandémie a créé une situation qui, certes n’est pas confortable mais pourrait être une opportunité pour l’indépendance totale des pays Africains à travers ses propres institutions. Bonne lecture, n’hésitez pas à laisser un commentaire pour dire ce que vous en pensez !

On n’a toujours pas appris la leçon !
L’univers est uni, un et vert. Il est tellement grand que nous ne représentons que de petites molécules qui y vivent. Une leçon pour nous montrer qu’il ne fait qu’un seul : la situation actuelle relative au COVID-19 n’a mis aucun pays à l’abri. Tel un corps humain, dès qu’une partie a un problème, les autres parties le ressentent ; voilà ce à quoi on pourrait comparer la crise mondiale actuelle puisque partie de Wuhan (Chine), la région infectée à l’origine, pour actuellement devenir une crise sanitaire mondiale. Ce qui dorénavant interpelle à une solidarité dans tous nos actes (relations étatiques, contractuelles, etc.). Cette solidarité qu’on a au départ négligé a couté la vie de plusieurs personnes car si l’on avait vite pris conscience, le virus ne serait peut- être pas aujourd’hui mondialisé et gagnant ainsi tout le terrain sur la scène internationale. On n’a pas su aviser même après avoir connu des crises similaires dans le passé de l’histoire humaine.

Partons des origines
Depuis plusieurs décennies, voire des siècles, l’espèce humaine a connu plusieurs situations de crises soit créées par elle -même ou par la nature. Dans l’un ou l’autre des cas, cela ne change guère nos moyens de défense. Notre espèce a subi plus qu’elle n’en pouvait. On est parti des guerres mondiales pour venir au terrorisme que subissent des populations de quelques parties du monde. Ensuite, le phénomène du racisme a resurgi et là encore reprenait la guerre qui anéantit par exemple la population du Yémen, de la Syrie et des crises alimentaires observé un peu partout surtout dans les pays du sud, ce qui a pour effet principal de séparer des familles.
Sans répit, le phénomène de boko-haram débuta dans les années 2000 et s’est conforté dans les pays africains dont les principaux foyers sont, le Niger, le Nigeria, le Tchad, le Cameroun ; des guerres religieuses ou ethniques, le phénomène récent de la Xénophobie en Afrique du sud ont pour conséquence de troubler l’ordre social et publics. En se remémorant la crise sanitaire de 1815 qu’a subi le monde, celle de la fièvre lassa et d’Ebola qui ont ravagé tellement de pays, on se rend compte qu’on ne vit que dans une cascade de problème. Une fois de plus, aujourd’hui l’humanité doit encore prendre sur elle un gros poids qui pèse et qui n’épargne personne : la covid-19.

La covid-19 expose en pleine face les faiblesses de nos systèmes.
Les pays les plus puissants prennent conscience aujourd’hui de leur faiblesse, les plus riches réalisent que leur richesse ne vaut rien face à cette nouvelle crise. Les acteurs politiques qui pillent les biens publics et ceux de la mauvaise gouvernance politique de certains pays en Afrique, pour ne citer que ces exemples, réalisent finalement que cela ne leur sert pas de protection contre la fameuse Covid-19.
Aujourd’hui, tout est remis en question et tout ce qu’on avait établi comme règles de vie et d’ordre social demeure insuffisant.
Il est donc clair qu’on n’a pas appris la leçon avec des crises antérieures pour nous réajuster sur tous les plans afin de pouvoir faire face à de nouvelles. D’ailleurs, peu réalisent et prennent conscience qu’on devrait mieux investir dans les domaines de la technologie, de la santé sans négliger les autres domaines et qu’on devrait avoir nos industries dirigées par des nationaux sans influences externes, si petites soient-elles pour fabriquer nos produits en Afrique. Triste est de constater nos failles au moment où l’on devrait exposer nos acquis et innovations en matière de santé publique et autres. On est à peu près tous responsables de la mauvaise réponse à cette COVID-19 qui nous a bien eu.

On est à la fois victime et coupable
L’Afrique n’assume pas encore et encaisse trop de coup au même moment. Elle a certainement les capacités pour mieux se porter mais tellement de faits la retarde et tous ses ressortissants en ont plus que marre. Partout où figure l’Afrique ou l’africain ou tout ce qui lui est relié, on lui présage de mauvais augure : c’est le système qu’a instauré ses colonisateurs.
Le monde est le maitre d’ouvrage du sort de l’Afrique parce qu’il participe à son malheur et tout une panoplie d’exemple existe sur les coups organisés à l’encontre de ce continent depuis la découverte de beaucoup de ressources et de potentiel qu’il regorge.
On a soumis l’Afrique et on continue de le faire avec l’aide de ceux qui devraient la protéger et la défendre. La dette africaine en est une preuve, depuis l’indépendance des pays africains, ils l’ont soumis à une dette qui ne cesse d’augmenter et plus d’un demi-siècle après, on se retrouve à la case de départ. On lui fixe les prix de ses matières premières, ces instigateurs originels du sort de l’Afrique lui prend ses fils, on lui donne une pension avec l’aide au développement pour qu’elle reste dépendante. Enfin, ils veulent tout lui prendre mais très coriace elle s’en remet et s’en remettra.
Actuellement, la Covid-19 montre davantage nos faiblesses en tant qu’être humain et prouve sans ambiguïté que notre arme de survie réside dans la solidarité que nous développerons dans nos échanges et dans tous les domaines.
Depuis maintenant quelques semaines, la seule mesure plausible qu’on ait pu prendre à l’unanimité, c’est le confinement. Toutes autres mesures font objet de débat sans issue comme l’utilisation de la chloroquine.
En effet, cette situation prouve davantage que nous avons besoin de renaître de nos cendres et de définir des priorités pour notre survie. Ce qui signifie que l’occident doit désormais considérer l’Afrique comme un allié, un partenaire et mettre un terme à leur relation de dominé-dominant et cela avec une volonté ferme de l’Afrique. Car, si l’Afrique n’avait pas été victime de coups aux judas, elle aurait pu mieux faire face à cette crise du Covid-19, parce qu’elle aurait à sa disposition plusieurs cartes. Cependant, malgré son statut, elle essaie de se rattraper et de protéger ses fils comme l’aurait fait une mère. L’exemple le plus palpable est la découverte des remèdes du Dr Valentin AGON, des malgaches et autres ; ce qui constitue une grande prouesse même si les résultats ne font pas l’unanimité . En ce sens, la technologie prouve son efficacité ainsi que les moyens traditionnels.

La technologie : l’or du siècle ?
C’est un secret de polichinelle que la technologie nous apporte plus que nous le pensons. Nu été cette découverte depuis des années et de sa performance vers la fin du 19eme siècle, des vies auraient été doublement prises et nos ennuis seraient encore plus visibles en cette période.
Cette épidémie pourrait être vue comme une nouvelle porte de sortie pour les pays africains de leur soumission aux pays qui les ont colonisés. On a été spectateur de la défaillance des systèmes de santé des pays du Nord ; ce qui réduit catégoriquement leur puissance. Cela relève certainement que ces pays ne sont pas aussi puissants comme on l’a toujours prêché avec l’aide des statistiques, peut-être manipulé. En fait, selon l’OCDE dans son rapport de 2019 et actualisé à ce jour sur les ressources sanitaires, quelques pays du Nord viennent en tête de liste, notamment l’Autriche, l’Australie, la Belgique le Canada, etc. Il ne figure aucun pays d’Afrique alors que nous disposons de tout mais la mauvaise gouvernance est une mauvaise graine qu’il faudra détruire à la racine.
A ce moment, plusieurs laboratoires en Afrique travaillent pour aller au front et réduire les cas infectés par ce virus alors qu’elles ne disposent pas des mêmes ressources à la fois technologiques, financières et même humaines que leurs homologues des pays du Nord. Au Cameroun, au Ghana, au Togo, au Bénin, au Sénégal, etc. ; des jeunes ont fabriqué des respirateurs artificiels pour faciliter la prise en charge des patients, des lavabos made in Africa constitué des panneaux solaires avec des distributeurs automatisés de savon et d’eau pendant le nettoyage des mains, qui est l’une des mesures de sécurité contre le virus. Voilà tant d’œuvres créées par de jeunes africains pour aider la population et prévenir ce virus. Il n’est nul doute qu’un bilan s’impose après la crise pour rétablir tout notre système de société car c’est au bout de l’ancienne corde qu’on tisse la nouvelle.

C’est au bout de l’ancienne corde qu’on tisse la nouvelle : Ki-zerbo Joseph.
Il n’a pas tort et c’est la raison pour laquelle nous devrons retenir les leçons passées des crises vécues pour pouvoir préparer le futur. C’est le moment idéal pour l’Afrique de s’assumer et de prendre des responsabilités sans forcément un accord externe mais sur la base de ses expériences car l’expérience est maitresse.
C’est donc le moment….
C’est le moment de réduire ou de supprimer les barrières entre africains. Du sud au nord et de l’est à l’ouest, elle doit faire UN et ses fils devraient pouvoir être capables de coopérer sans obstacles ethnique, religieux, tribales…
C’est le moment de faciliter le libre échange commercial et de réaliser tous ses beaux projets comme la monnaie unique, la suppression des visas pour les africains dans les pays africains.
C’est surtout le moment de tendre la main à la jeunesse en leur offrant des opportunités ou en accueillant et en investissant dans leur projet afin de leur donner envie de rester et de revenir bâtir leur pays, leur continent.
C’est vraiment le moment de mener de bonnes politiques de gouvernance et chaque africain doit revendiquer ses droits sans peur et assumer ses devoirs avec fierté.
C’est le moment de dire ensemble OUI à la suppression de la dette africaine.
C’est le moment de redorer le blason des institutions africaines et leur donner tous leurs mérites.
C’est le moment de travailler et de se révolter pour imposer le respect de l’Homme africain.
C’est le moment de l’Afrique et même si l’Africain est maltraité comme récemment en Chine, nous voudrions honorer Nelson Mandela en ayant un esprit de pardon et d’unité.
Nous voudrions surtout honorer Thomas Sankara en construisant l’Afrique avec les moyens africains et consommer local.
Nous avons de la matière grise et la volonté de réussir et nous espérons que les judas ne seront plus nombreux parmi nous parce que, nous, jeunesse africaine, prendrons désormais ce qui nous ait dû.
Nous exigeons que nos gouvernants travaillent pour nous et non le contraire.
Prenant conscience des risques qu’il y’a dans cette lutte et projet qu’on a pour nos pays, nous voudrions rassurer tous et toutes que désormais nous sommes sans crainte et voudrions offrir un avenir radieux à la prochaine génération…

Ecrit par Asmaou DJIMA RADJI
Etudiante à la maîtrise en Droit et Société à l’UQAM.
Diplômée de l’ENAM-Bénin, Spécialité Diplomatie et relations internationales
Diplômée de la FADESP-Bénin, Spécialité Droit Privé.

Ecrit par
José Herbert AHODODE
Ajouter un commentaire

8 commentaires
  • J’ai lu avec beaucoup d’intérêt la réflexion de ma soeur bien aimée Asmaou Radji sur la crise de la COVID 19 et partant la nécessité pour les pays africains de pouvoir créer une chaîne de solidarité pour mieux y faire face..Je loue beaucoup le courage de ma soeur par rapport à son intervention concernant la sensibilité de certains de ses points de vue me situant dans la réalité africaine…Oui je pense que les pays africains habitués aux épidémies s’en sortent plutôt bien quant à la gestion de cette crise.. Je pense qu’ils ont pu très tôt s’inpirer du modèle occidental de gestion de cette crise pour adopter des mesures fortes afin de limiter la propagation de la pandémie…c’est salutaire….je suis d’avis avec vous qu’il faut que l’Afrique à travers ses institutions s’affranchisse complètement de l’aide occidental afin de prendre son indépendance totale… Mais que peut faire l’Afrique aujourd’hui quand on sait que l’aide au développement a été supprimé au profit de la dette ? Que peut faire l’Afrique si aujourd’hui elle est incapable de dire non à la dette occidentale ? La dette est un débat public qui divise les pays africains..le constat est que les pays africains sans ressources naturelles ne peuvent pas se défaire facilement de la dette.tous les gros projets de développement initiés dans la plupart des budgets de ces pays, sont inscrits dans le cadre d’une vision axée sur la dette…lorsqu’il s’agissait du débat de suppression de la dette africaine pour permettre aux pays africains de faire face à la crise, le Ministre des Finances du Bénin a démontré qu’il est impossible en l’état actuel des choses de supprimer la dette africaine…Il a été décrié en son temps mais aujourd’hui il trouve raisons..en réalité il est difficile de briser la chaîne..cette suppression doit suivre une procédure bien definie et là encore tout dépend du comportement des pays africains vis à vis de l’occident…Cette pandémie a certe démontré que les puissances occidentales ont aussi des failles dans ce qu’on peut appeler leur système de défense sanitaire mais il faut reconnaître à l’occident sa faculté de réaction prompte et d’innovation en terme de crise.. En Afrique on a pas des hôpitaux capables de répondre convenablement à cette crise si elle venait à connaître un pic, mais on a des chercheurs locaux qui à travers les moyens matériels très limités ont su qu’à même proposer des produits pour accompagner dans la lutte contre cette pandémie…Qu’est ce qu’on a fait pour accompagner ces chercheurs ? Rien du tout..je suis heureux que le nom de Valentin AGON soit illustré à titre d’exemple. Son produit  »Apiviril » au delà du remède miracle contre la Covid 19,a été écarté sans qu’on ait pris le temps de faire des essais nécessaires pour accompagner la recherche…On s’est juste contenté de le convier à des réunions flatteuses avec son ministère de tutelle et quelques autres chercheurs et on en est là…Covid fera son temps, Covid passera..Qu’elle soit orchestré dans un objectif précis où qu’elle soit l’émanation d’une nature fragilisée par l’impact de l’existence humaine, elle aura su nous montrer qu’il faille revoir l’ordre mondial..la solidarité internationale s’impose et doit dépasser le débat de pays du Nord et pays du sud..Pour que l’Afrique prenne réellement son indépendance vis à vis de l’occident, il faut réellement que les regroupements africains, de l’Union Africaine en passant par la CEDEAO, l’Uemoa et autres jouent de façon réaliste leurs rôles sans qu’il y ait au sein de ces unions des divisions comme on l’observe actuellement…la solidarité africaine s’impose à travers ces unions..elles doivent se mettre ensemble pour faire face à l’occident pas dans un élan de guerre mais dans une démarche d’inverser le rapport de force..l’occident a indéniablement besoin de l’Afrique,notre organisation doit nous permettre de nous imposer au reste du monde..Toutefois tant qu’on sein de notre continent on ne parviendra pas à résoudre les problèmes d’ego,de mal gouvernance, d’actes tyraniques, de corruption, de dictature, il nous sera quasi impossible de garantir notre totale indépendance et partant on biesera davantage le processus du développement…l’occident travaille à anéantir l’Afrique mais nous africains,contribuons à pereniser ce fait malheureusement..Il nous faut un sursaut d’orgueil, il nous faut une forte solidarité pour faire front afin que l’Afrique gagne ce combat..Et tout cela dépend aussi de vous l’élite africaine, revenez à la maison pour nous aider à continuer le combat..Vos idées permettront à l’Afrique de grandir davantage..

    • Je partage ton avis sur le fait que la solidarité internationale doive désormais gouverner les relations entre nos Etats. Bonne analyse.

  • Cris de colère, de colère et de colère, mais surtout cris d’espoir pour une Afrique qui est la proie de prédateurs africains avant ceux de l’Occident. Cette pandémie aurait effectivement permis au continent de décoller dans de domaines aussi variés que l’énergie en faisant tout simplement des stocks, vu la chute sur le marché mondiale du brut, ou encore profiter de confinement pour booster l’agriculture et tant d’autres secteurs comme les TIC, mais soyez en sûr, cette pandémie à mis sur orbite la prise de conscience des peuples, celles qui semblent muselées, cette jeunesse montante qui ne demande qu’ à croire en l’existence d’un lendemain meilleur. Soyez en sûr que les choses ne seront plus comme avant et que l’Afrique va changer.

    • Merci à tous pour les enrichissantes contributions qui dénotent que le sujet en question vous soit cher. Vivement que les uns et les autres en apprennent davantage.