Recherche
Recherche
Covid-19 Food Future : comment les systèmes alimentaires se reconfigurent-ils pendant l’actuelle pandémie ?

Covid-19 Food Future : comment les systèmes alimentaires se reconfigurent-ils pendant l’actuelle pandémie ?

A chaque événement, la participation des jeunes est essentielle, et ce, pour deux raisons. La première est directement liée à leur nombre, sachant qu’environ 70% de la population africaine ont moins de 30 ans. La deuxième se réfère au fait que la jeunesse se mobilise maintenant en faveur du changement social et demande de plus en plus à se faire entendre. Et ils ont en leur possession une arme solide: les TIC.

Dans tous les secteurs d’activités, et de nos jours, de plus en plus dans le secteur agricole, les TIC sont utilisées pour rendre le domaine « plus sexy » aux yeux des jeunes africains. Généralement, la digitalisation de l’agriculture renvoie à l’optimisation soit de la production agricole, soit de la transformation ou encore de la conservation. Cependant, la tendance, de nos jours, est d’utiliser le pouvoir et la portée des TIC pour promouvoir l’agriculture et ses domaines connexes surtout auprès des jeunes ; et cela se fait le plus souvent par leur pair.
TMG Think tank for sustainability, un think tank allemand, l’a bien compris et implique désormais les voix des jeunes africains pour assurer la couververture médiatique des activités et de certains projets ponctuels. la première expérience avec les jeunes #YouthInSoil a eu lieu à Nairobi en mai 2019 pour le social media reporting du Global Soil Week, la Conférence internationale des Sols (Lire cet article sur GSW 2019 sur le blog de José).

Les jeunes provenaient de plusieurs pays africains et c’est la diversité de l’équipe qui constituait sa force.

Dans le contexte actuel de la pandémie liée au Covid-19, TMG Think tank a jugé utile de rappeler les jeunes #YouthInSoil pour le social media reporting et la production de contenu de blogs pour rendre compte de l’évolution des systèmes alimentaires sur le continent africain en période de corona virus.

Cet article présente les informations recueillies au cours des six premières semaines de l’initiative Covid-19 Food / Future. L’initiative est pilotée par TMG Research, dans le cadre de son projet SEWOH Lab, et propulsée par une équipe de voix jeunes et dynamiques basées dans neuf pays africains. Son objectif principal est de faire la lumière sur la façon dont les sociétés d’Afrique subsaharienne subissent les effets de la pandémie et de naviguer dans les incertitudes qui en résultent concernant les emplois, les revenus et les espaces de production et d’approvisionnement alimentaires.
Les reporting sont faits quotidiennement sur Twitter et Medium par de jeunes participants du Bénin, du Burkina Faso, de la République démocratique du Congo (RDC), d’Éthiopie, du Kenya, de Madagascar, du Malawi, du Nigéria, du Sénégal et d’Afrique du Sud, partagent leurs points de vue et soulignent l’importance de la pandémie sur leurs systèmes alimentaires locaux.

Nuage de mots mettant en évidence les termes les plus importants des 951 tweets publiés entre le 06 avril et le 18 mai 2020

Avec près de 50 articles et 1000 tweets publiés entre le 06 avril et le 18 mai, la richesse des informations recueillies offre un aperçu unique de la façon dont les systèmes alimentaires ont été perturbés par la pandémie de santé – ainsi que des mesures de contrôle qui en découlent – et de la manière dont une variété d’acteurs locaux s’adaptent et reconfigurent ces systèmes.

Mesures de verrouillage et leurs impacts sur les systèmes alimentaires
Défis pour la sécurité alimentaire
Au premier jour du rapport, tous les gouvernements des neuf pays avaient adopté des mesures pour contenir la propagation du virus. Grâce aux mises à jour ponctuelles des reporters-journalistes sur la situation locale, nous avons appris que les autorités avaient exclu toutes les activités productives non essentielles et qu’un verrouillage interne était en outre accompagné de restrictions commerciales internationales. Début avril : le Kenya a fermé des établissements d’enseignement et a interdit les voyages internationaux des fonctionnaires et les rassemblements publics avec des directives affectant la mobilité et les marchés alimentaires.
Fin mars, le gouvernement fédéral du Nigéria a commencé par verrouiller les grandes villes pour limiter la propagation de COVID-19. Cependant, tous les pays n’ont pas introduit des mesures aussi strictes que les exemples précédents. Au Malawi, par exemple, un verrouillage de 21 jours a été décidé par le tribunal.
Dans tous les pays, les rapports hebdomadaires ont souligné les conséquences dévastatrices pour les marchés alimentaires informels et d’autres liens importants entre producteurs et consommateurs. Divers articles de blogs mettent en lumière le sort des couches vulnérables de la population, tels que les travailleurs informels au Bénin, où le secteur informel emploierait plus de 70% des jeunes.
Les informations communiquées à travers les pays suggèrent que Covid-19 et ses mesures connexes exacerberaient les inégalités existantes dans tous les aspects de l’alimentation et la sécurité nutritionnelle. Nos journalistes ont souligné l’impact imminent des hausses de prix, ainsi que les mesures d’atténuation prises par certains gouvernements, y compris des sanctions pour les détaillants impliqués dans l’augmentation des prix de produits de première nécessité au Bénin. Parallèlement, la pandémie a réduit le pouvoir d’achat d’une partie considérable des consommateurs, en particulier dans les contextes urbains, nécessitant des interventions des États et de toute une gamme d’autres acteurs.
La riche production d’histoires #Covid19FoodFuture et l’activité des médias sociaux ont encore amplifié certains des choix difficiles entre la sécurité sanitaire et la sécurité alimentaire que les citoyens ordinaires sont de plus en plus obligés de faire. Par exemple, incapables de stocker de la nourriture, certains citoyens du Burkina Faso ont été contraints de continuer à fréquenter les petits marchés ou des stands de nourriture sur une base quotidienne pour assurer leur subsistance. Cette situation a incité les acteurs à appeler les gouvernements à ne pas privilégier la santé publique sur la sécurité alimentaire, soulignant que l’un est tout aussi important que l’autre.
Perturbation des chaînes d’approvisionnement
À travers leurs écrits, les journalistes ont souligné une deuxième dimension de l’impact de la pandémie sur les systèmes alimentaires : la perturbation des chaînes d’approvisionnement. On a remarqué une augmentation des pertes après récolte en raison des perturbations au niveau des chaines de valeur agricoles et la logistique dans plusieurs pays. Notre équipe a noté, par exemple, l’incapacité des travailleurs agricoles au Nigeria à accéder à leurs champs, les options de transport limitées pour les produits agricoles et la fermeture des marchés locaux. Au Burkina Faso, le verrouillage aurait eu des effets visibles sur la capacité des unités de transformation agroalimentaires pour accéder aux matières premières et vendre des produits transformés. Il en est de même pour le Malawi, où notre journaliste a souligné les difficultés rencontrées par les agriculteurs : un manque combiné de travailleurs, d’intrants agricoles et de récoltes retardées et les augmentations des coûts d’exploitation qui en résultent. Avec l’arrivée de la saison des pluies, l’indisponibilité des intrants agricoles pour les petits exploitants a représenté un problème majeur en RDC, une situation qui fait craindre à certains que la production locale de nourriture ne soit menacée.
Au Kenya, il a été signalé que les petits détaillants ont souffert des pertes économiques importantes. Des installations de stockage insuffisantes ont entraîné une détérioration, le secteur de la volaille étant fortement touché par ce choc, comme indiqué au Nigeria, à Madagascar et au Bénin. Pendant ce temps, avec les petits pêcheurs et les femmes kenyans travaillant tard dans la nuit ou tôt du matin, nous avons souligné le plaidoyer en vue de l’assouplissement des restrictions.
Notre équipe s’est également concentrée sur les conséquences pour les flux commerciaux régionaux et internationaux, entraînant une forte perturbation des secteurs axés sur les exportations, même si les obstacles aux importations ont épuisé les stocks d’une gamme d’aliments de base. Au Bénin, dans la filière cajou, une importante exportation stratégique, aurait été confrontée à d’importants défis en raison des restrictions commerciales et du manque d’acheteurs disponibles. Les observateurs du Burkina Faso craignent une insuffisante offre de riz sur les marchés locaux. Il en est de même au Madagascar, où, des stocks insuffisants de riz ont été rapportés. Notant la vulnérabilité des systèmes alimentaires tributaires du commerce, nos journalistes ont fortement souligné la nécessité de renforcer l’agriculture domestique.

Adaptation et reconfiguration des systèmes alimentaires
À partir de la deuxième semaine, la distance sociale devenant rapidement une nouvelle réalité, notre équipe a commencé à documenter certaines des mesures concrètes prises pour relever les défis de l’accès et de l’approvisionnement en aliment, mais également pour construire des systèmes alimentaires plus résilients.

Vers une agriculture plus résiliente
Les rapports sur les économies mises en quarantaine montrent rapidement comment les mesures de verrouillage ont mis en évidence les vulnérabilités des systèmes alimentaires dans les neuf pays. En réfléchissant à la situation, les opinions personnelles de nos journalistes convergent autour de l’importance d’améliorer la résilience des systèmes alimentaires pour se préparer à des chocs de nature et d’amplitude comparables à l’avenir.
Le 6 mai, le maire d’Addis-Abeba, la capitale de l’Éthiopie, a fait part de son intention de promouvoir l’agriculture urbaine en annonçant que la ville va attribuer des terres aux initiatives d’agriculture urbaine et soutenir la demande alimentaire face aux effets des sécheresses et des mesures de fermetures dues au Covid-19. Les stratégies adoptées par différents acteurs pour l’agriculture urbaine ainsi que ses avantages ont également été repris par les journalistes en Afrique du Sud le 21 avril et au Kenya le 07 mai.
Des mesures visant à améliorer les moyens de subsistance des agriculteurs grâce à une production durable ont été mises en place dans plusieurs pays. Par exemple, l’agriculture malgache a montré des signes positifs de réponse à la crise, et a bénéficié du soutien des politiques. Certaines des exportations stratégiques de cultures du pays, telles que la vanille et les huiles essentielles, ont pu subvenir à leurs besoins et reçu un soutien sous la forme d’un accès facilité à l’épargne et au crédit pour les producteurs. Ces mesures dépassent le cycle de production et visent entre autres à protéger la biodiversité. Côté marché, certains détaillants au Malawi ont eu recours aux stratégies de valeur ajoutée pour prolonger la durée de conservation et favoriser une production localisée.
Certains journalistes ont également fait allusion à des voies potentielles pour accroître la sécurité alimentaire locale. Par exemple, notre journaliste au Bénin a observé que, le riz ayant pris de l’importance dans le régime alimentaire national, pourrait potentiellement contribuer à assurer la sécurité alimentaire des 70% des pauvres vivant dans les zones rurales. Il a ensuite suggéré des voies pour renforcer la résilience du pays en décrivant une série de réformes qui pourrait accroître la compétitivité de la production nationale de riz. Notre journaliste au Nigéria a mentionné que la crise de Covid-19 s’ajoute à un large éventail de menaces pour les petits exploitants et a souligné la nécessité de renforcer les efforts de production alimentaire à petite échelle.

Exploiter le potentiel des solutions numériques
Depuis la troisième semaine des activités de rapport, l’équipe de rapport a attiré l’attention sur certains défis importants auxquels les gouvernements étaient confrontés dans la mise en œuvre de mesures de secours et des services numériques accéléré par la suite pour combler certaines lacunes. Le 17 avril, un tweet a révélé une plate-forme agro-commerciale au Kenya qui permet aux agriculteurs d’atteindre efficacement les consommateurs. Pendant ce temps, les Nigérians ont commencé à utiliser des plateformes en ligne pour partager des réponses collectives à la pandémie, avec des banques alimentaires, des programmes de lutte contre la faim et un soutien à la vulgarisation accessibles sur Battre Corona.ng. Une autre plate-forme d’échange social a fait état le 21 avril, Needs.fyi, aide les consommateurs à obtenir des produits alimentaires essentiels à Lagos, Nairobi et Kigali. À la fin de cette phase de rapport le 15 mai, nous avions également entendu parler de la plateforme sénégalaise Jaayma Mburu, un système de réservation de pain visant à atteindre les groupes de consommateurs vulnérables au Sénégal.
Sans surprise, les services de livraison de nourriture en ligne se sont développés et ont été adoptés par des segments plus larges de la population dans plusieurs pays. Un exemple complet permettant aux consommateurs d’accéder via des plateformes numériques se trouve en RDC, où une entreprise de technologie a aidé les agriculteurs à se structurer en coopératives et s’efforce d’atteindre les citoyens à faible revenu. Il propose un marché alimentaire virtuel avec traçabilité des marchandises et des paiements par carte de débit ou argent mobile. Il intègre également la technologie USSD pour les commandes via SMS pour ceux qui ne sont pas connectés à Internet. Au Kenya, au moins quatre types de plateformes de livraison reliant l’offre et la demande ont été signalés.
Début mai, notre journaliste au Kenya a annoncé qu’un jeton numérique innovant, les «points Bonga», avait été développé par Safaricom, le plus grand opérateur de réseau mobile du pays. Les jetons de fidélité accumulés attribués aux abonnés pour l’utilisation des données peuvent désormais être échangés contre de l’argent pour acheter de la nourriture et d’autres produits essentiels. Les organisateurs communautaires ont exploité cette innovation en collectant des dons de «points Bonga» et en distribuant des produits alimentaires essentiels aux ménages dans le besoin. En termes d’accès au financement, les journalistes ont observé une dépendance accrue aux logiciels reliant les agriculteurs aux marchés et services financiers. Les services de microfinance sont appelés à appliquer la science des données à la finance afin de créer des logiciels qui augmentent l’accès là où ils sont le plus nécessaires, tout en contribuant à atténuer les perturbations futures.

Regarder vers l’avant
Les six premières semaines de l’initiative nous ont donné un aperçu de la façon dont cette pandémie a mis à nu les vulnérabilités des chaînes d’approvisionnement dans les neuf pays. À la fin de la période considérée, le 18 mai, de nombreux pays avaient commencé à assouplir certaines de leurs mesures les plus strictes, tandis que les blocages commerciaux étaient en partie levés. Les effets de la pandémie sont cependant loin d’être terminés. Il est toujours urgent de mettre en place des systèmes alimentaires résilients capables de répondre de manière globale aux besoins de la population.
Les observations de notre équipe de rapport font écho à certaines des idées partagées par les principales organisations de l’arène alimentaire mondiale et identifient un terrain commun de réflexion. La crise de Covid-19 a fourni une base de preuves et des enseignements tirés qui peuvent soutenir l’action politique – comme en témoignent, par exemple, les Fonds international de développement agricole (FIDA) – sur le rôle central des petits exploitants agricoles pour un avenir alimentaire résilient. Les compromis entre la sécurité alimentaire et la sécurité sanitaire identifiés par nos journalistes reflètent les informations présentées par le Programme alimentaire mondial (PAM).Rapport mondial sur les crises alimentaires. En insistant sur le rôle vital des flux internationaux, nos journalistes ont en outre rejoint l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et l’Organisation mondiale de la santé (OMS) dans leur évaluation.
Les chocs de cette nature doivent éclairer les innovations futures, et les preuves, les observations et les opinions du terrain peuvent éclairer la voie à suivre au milieu d’effets perturbateurs durables. L’initiative étant toujours en cours, nous avons hâte de partager avec vous plus d’informations grâce à notre prochain récapitulatif de six semaines.

Tous ces articles sont disponibles sur la plateforme Enabling Sustainability de TMG Think tank.

Lire l’intégralité du compte rendu des six premières semaines de l’initiative @CovidFoodFuture (twitter) sur ce lien en Anglais.
Pour vous connecter à l’équipe des reporters #YouthInSoil, retrouvons-nous sur Twitter :Amanda Namayi (@AmandaNamayi), Atula Owade (@olareeh), Dieudonné Edouard Sango (@EdoSango), Dorcas Abimbola Omole (@miss_abimbola), Eden Mvuenga (@EMvuenga), John Agboola (@JohnAgboola_), Jose Herbert Ahodode (@josherbert25), Nellie Kanyemba Kapatuka (@kanyemba_nellie), Malala Onisoa R. (@MalalaOnisoa), Maya Disraëli (@mayadisraeli), Nomfundo Zondi (@ndomfuh_1), Sharon J Cheboi (@sharonjcheboi), Yacine Yade (@YadeYacine) et Yared Tesema (@YaredTesema1). Pour suivre les éditeurs : Bruno Saint-Jacques (@bruno_sj) et Wangu Mwangi (@WanguMwangi).

Vous avez lu entièrement cet article ? Bravo ! Votre avis nous intéresse en commentaires. N’hésitez pas à diffuser également ce contenu avec vos proches sur les réseaux sociaux.
A bientôt sur le Blog de José Herbert.

Ecrit par
José Herbert AHODODE
Ajouter un commentaire