Recherche
Recherche
Benin : les principaux secteurs porteurs pour les investissements

Benin : les principaux secteurs porteurs pour les investissements

Le Bénin dispose d’une position géographique stratégique, de ressources dans différents secteurs et des facilités et programmes d’investissement mis en place par le gouvernement actuel.

Le Bénin offre d’énormes opportunités d’investissements dans divers secteurs. Cliquez pour tweeter

Ces opportunités méritent d’être exploitées par tout investisseur désireux d’y investir. Il s’agit des secteurs porteurs de croissance qui offrent de réelles opportunités d’affaires et d’investissement.

Il s’agit des secteurs ci-après : 1. L’agriculture et l’agroalimentaire ; 2. Le Tourisme et l’Artisanat ; 3. L’énergie ; 4. Les Mines et Hydrocarbures ; 5. L’Economie numérique et les Technologies de l’Information et de la Communication (TIC) ; 6. L’élevage et la pêche ; 7. L’industrie.

A travers cet article, nous vous amenons à la découverte de chaque secteur porteur :

1. L’agriculture et l’agroalimentaire

Première source de richesse du Bénin, avec une contribution de 36% au Produit Intérieur Brut (PIB), générant 88% des recettes d’exportation et 15% des recettes nationales, l’agriculture et l’agroalimentaire constitue les secteurs le plus important et vitaux de l’économie béninoise car ils jouent un rôle prépondérant dans la vie des béninois. Le secteur agricole est le premier pourvoyeur d’emploi pour la population active avec 70% des emplois fournis. C’est également le 1er secteur attirant le plus d’Investissements Directs Etrangers (IDE) et privés et le 2ème secteur d’exportation du Bénin. Il contribue aussi et surtout à assurer la sécurité alimentaire du pays.
Dominée par plus de 550.000 exploitations agricoles réparties sur huit zones agro écologiques), L’agriculture béninoise dispose d’énormes potentialités qui pourraient soutenir la croissance économique nationale et contribuer ainsi à lutter efficacement contre la pauvreté.
Le pays dispose en effet de 11 millions d’hectares de terres agricoles disponibles dont 17% sont annuellement cultivées, 60.000 hectares de bas-fonds disponibles dont seulement 11,7% sont exploités, 1.500 hectares de périmètres aménagés en exploitation partielle, 322.000 hectares de terres inondables et vallées pouvant être mis en valeur.
Le pays dispose de ressources en eau très abondantes avec une estimation de 13 milliards de m³ de réserve d’eau de surface et 1,8 milliards de m³ d’eau souterraine (PSRSA, 2011). Cliquez pour tweeter

Il dispose aussi d’une bonne pluviométrie (en moyenne 900mm par an) et d’une bonne diversité des sols qui favorise la diversification agricole.
Avec l’existence d’une main d’œuvre relativement abondante pour l’exploitation agricole et un climat favorable à plusieurs spéculations, le pays dispose des ressources naturelles importantes pouvant lui permettre de répondre aux besoins alimentaires et nutritionnels de sa population et d’être un pays exportateur de produits agricoles.
Le secteur agricole béninois offre une diversité de cultures présentant aux investisseurs de véritables opportunités d’investissements notamment dans l’industrie de transformation agro-alimentaire encore embryonnaire qui présente un grand potentiel de développement dans plusieurs filières à savoir : les cultures fruitières (ananas, mangues, oranges, avocats), les oléagineux (anacarde ou noix de cajou, palmier à huile, cocotier, arachide, karité, graines de coton), les tubercules et plantes à racine (igname, manioc, patate douce, pomme de terre, etc.) et les céréales (maïs, sorgho, mil, riz,…).
Cependant les créneaux porteurs à fort potentiel exportable existent donc notamment dans (6) filières prioritaires dites d’exportation porteuses à savoir : le coton, l’anacarde, l’ananas, le Karité, le Maïs, le Manioc.
Par ailleurs, d’autres cultures comme le riz, l’huile de palme sont également très prometteuses.
L’exploitation de la Vallée de l’Ouémé, 2ème plus riche d’Afrique après le Nil constitue aussi une grande opportunité aux investisseurs.

2. Le tourisme et l’artisanat

Berceau de la culture, des arts et de la civilisation Vaudou, le Bénin bénéficie d’un patrimoine historique, touristique, culturel et architectural riche singulier en Afrique de l’Ouest. Cliquez pour tweeter Ce patrimoine constitue un important potentiel touristique riche et varié susceptible de favoriser la promotion d’une grande industrie touristique.
En témoigne le littoral béninois, la diversité de ses paysages et ses parcs naturels (Pendjari – Parc Régional W) le plus riche parc animalier et naturel d’Afrique de l’Ouest, les vestiges et la mémoire de la traite négrière à Ouidah, ses palais royaux d’Abomey et leurs sites archéologiques qui datent de plusieurs millénaires, sa cité lacustre, la plus grande d’Afrique (Ganvié) et ses cités balnéaires et lagunaires qui constituent en somme un patrimoine naturel unique, qui ne demande qu’à être révélé.
Le tourisme béninois, à travers sa triple dimension (tourisme d’affaires, tourisme écologique et tourisme d’agrément) constitue un important domaine aux potentialités faiblement exploitées. Il est caractérisé également par la culture de notre histoire représenté par des sites touristiques sur toute l’étendue du territoire.
Classé 5ème pays le plus visité d’Afrique de l’Ouest, le Bénin a besoin davantage d’agences promotrices et d’infrastructures hôtelières. Le développement des activités touristiques se révèle alors comme une manne pour les investisseurs en quête de nouveaux secteurs porteurs d’opportunités.
Les opportunités d’investissement dans le secteur touristique concernent :
– le safari-tourisme,
– le tourisme de découverte,
– le tourisme culturel et
– les aménagements touristiques (Parcs, musées, cités lacustres, berges lagunaires, stations balnéaires, Route des pêches et les constructions des chaines hôtelières et centres de loisirs de haut standing).

– L’artisanat

Avec une contribution de 13% au Produit Intérieur Brut (PIB) du Bénin pour 12% de la population active, l’artisanat est le 3ème secteur contribuant à l’accroissement du PIB, après l’agriculture et le commerce.
Le secteur est organisé et structuré autour de quelques organisations faitières dont le Bureau d’Appui à l’Artisanat, la Chambre Interdépartementale des Métiers et la Confédération Nationale des Artisans du Bénin (CNAB).
L’artisanat béninois est composé de 11 branches d’activités et se décompose en 42 corps de métiers, avec 310 métiers au total.
L’ensemble de ces métiers se retrouvent dans quatre grands domaines d’artisanat à savoir :
– l’artisanat de production utilitaire (44% des 310 métiers)
– l’artisanat de prestation de services (16%)
– l’artisanat d’art et de décoration (14%)
– et l’artisanat agroalimentaire (25%)

Les produits à fort potentiel exportable : Les produits ayant un fort potentiel exportable dans l’artisanat béninois sont : les produits de la sculpture d’objets décoratifs de toute sorte en bois, aluminium, fer, bronze, (statuettes, bracelets, tables, chaises, etc. ; les produits tissés à la main (les chemins, nappe de table, tableaux décoratifs et chemises, robes tissés à la main, etc.) ; les produits de la poterie en argile, en aluminium (pot de fleur, marmite, statues et statuettes).

3. L’énergie

L’énergie électrique : Plus de 50 % de l’énergie consommée au Bénin est importée. De 1985 à nos jours, la consommation d’énergie s’accroît en moyenne de 6,3 % l’an. Il existe pourtant de nombreux cours d’eau pouvant faire l’objet d’aménagement hydroélectrique et permettre d’atteindre 1676 GWH/An, pour une puissance électrique de 624MW. Ce qui aidera non seulement à couvrir les besoins de consommation actuels estimés à 480GWH/an mais aussi à assurer l’extension du réseau aux zones non encore électrifiées.
Aujourd’hui plusieurs efforts sont menés pour résoudre le défi énergétique du Bénin.

La mise en service de la première centrale électrique thermique dual fuel de 120 Mégawatts du projet Maria Gléta 2 est l’un des projets ayant connu son dénouement pour le bonheur énergétique des populations. Cliquez pour tweeter Par ailleurs, d’intéressantes opportunités d’investissements existent dans le domaine de l’énergie tels que : la construction de barrages hydro-électriques, de centrales thermiques, recherche et forage de plateformes pétrolières, de production de l’énergie électrique Hors réseau, mais aussi dans le domaine du marché gazier sous régional.

4. Les Mines et les Hydrocarbures

– Les Mines
Le Sous-sol du Bénin est riche en ressources minières (or, fer, phosphates et hydrocarbures), en matériaux de construction et combustibles fossiles (calcaire, marbre, argile, sable, gravier, pierres ornementales et tourbe) offrant des possibilités d’activités jugées très attrayantes et non encore exploitées. Des opportunités existent dans l’extraction et la transformation de ces matériaux.

– Les Hydrocarbures
Les réserves probables en hydrocarbures sont évaluées à 4,580 millions de barils de condensas et 77 milliards de m3 de gaz. Le bassin sédimentaire a été divisé en six blocs dont trois sont exploités par des compagnies américaines et canadiennes et trois restent disponibles et peuvent être cédés à d’autres compagnies sur la base d’un contrat de partage de production. Il faut noter également les réserves de 93 262 500 m3 de tourbe humide qui peuvent être utilisées comme source d’énergie.

5. Economie Numérique et Technologie de l’Information et de la Communication (TIC)

– Télécommunications
Les Technologies de l’information et de la communication constituent un maillon essentiel de développement de l’économie béninoise. Ce secteur est en nette progression et offre un réseau de communication par internet et des liaisons par fibres optiques et satellites. En effet, d’impressionnants investissements ont été effectués dans le domaine des télécommunications pour relier le Bénin aux quatre coins du Globe, tant par les fibres sous-marines que par les satellites.
Le Secteur de la télécommunication est fortement libéralisé et en pleine expansion avec 2 réseaux GSM : MOOV BENIN, MTN. Cliquez pour tweeter

Ce secteur est fortement dominé par un réseau de téléphonie mobile dynamique et innovante avec des applications connexes (mobile banking, mobile transfert, portefeuille électronique, etc.)
Les opportunités d’investissement dans le domaine de la télécommunication portent notamment sur : l’assemblage de matériels informatiques ; l’exploitation de réseaux GSM, le développement, la télémédecine, la télésurveillance, la Communication numérique, les puces électroniques, logiciel, progiciel…

– Économie numérique
Dans son programme d’action 2016-2021, le Gouvernement du Bénin ambitionne de transformer à moyen terme le Bénin en une plateforme de services numériques pour toute l’Afrique de l’Ouest. L’objectif est d’utiliser les TIC (Technologie de l’Information et de la Communication) comme catalyseur de dynamique économique et de modernisation du Bénin pour l’accélération de la croissance économique et l’inclusion sociale.
Cette nouvelle stratégie s’appuiera, notamment, sur le développement massif des infrastructures et la généralisation de l’accès au haut débit en vue d’atteindre un taux de couverture de 80% ainsi que sur l’assainissement et la dynamisation du secteur. Tout ceci permettra de doubler la taille du marché et de créer 90 000 emplois nets directs dans les TIC.

6. L’élevage et la pêche

Elevage – Production et industries animales
Au Bénin, l’élevage constitue la seconde activité agricole après les productions végétales.
Les principales espèces élevées au Bénin sont les bovins (2 166 000), les caprins (1 716 000), les ovins (860 000), les porcins (414 000), les équins, les arsins et les volailles (18 198 000). Le cheptel, dominé par les bovins (78 %), constitue l’essentiel du capital financier des Exploitations Familiales.
Les activités d’élevage sont tournées vers le marché une fois les besoins familiaux satisfaits. L’élevage transhumant contribue à hauteur de 75 % à la valeur de la production bovine nationale. L’activité d’élevage est en pleine croissance au Bénin et offre des perspectives économiques très prometteuses du fait de l’accroissement de la demande.
L’analyse des performances des exploitations familiales d’éleveurs de ruminants béninoises montre qu’elles sont sensiblement supérieures à celles enregistrées dans les zones de savane de la plupart des autres pays de la sous-région, même si la contribution du secteur au PIB du Bénin reste encore à améliorer. En effet malgré les performances du secteur, le Bénin demeure encore un pays fortement importateur de produits de l’élevage notamment des animaux, et de la viande surgelée venant d’Europe et d’Amérique.

– Opportunités d’investissement dans le secteur
En terme de disponibilité d’espaces, on se rend compte qu’il existe au Bénin de vastes zones à vocation pastorales sous-exploitées. Les Opportunités d’investissement existent dans ce secteur notamment dans la création de fermes d’élevage, dans la production de viande et la fabrication de produits laitiers. Le lait constitue en effet la première richesse de l’éleveur et représente 25 % des apports des Exploitations familiales. La production journalière moyenne de lait par éleveur est de deux (2) litres en saison humide et d’un (1) litre en saison sèche.

– Regard sur le secteur de la Pêche
Le secteur de la pêche est largement sous-exploité au Bénin.
L’essentiel de la production halieutique (poissons, crevettes et crustacés) provient de la pêche maritime (industrielle et artisanale) et de la pêche continentale. Le poisson quant à lui est loin de couvrir les besoins locaux, ce qui justifie l’importation de près de 11 000 tonnes du produit par an.
La pêche industrielle représente à peine 60 % des captures. Il existe des possibilités d’investissement dans les sous-secteurs de la pêche maritime et surtout de la pisciculture. Cependant on note un déficit à combler dans le développement et la promotion de la pisciculture béninoise.
Des opportunités existent dans ce domaine pour les investisseurs. Un autre créneau important et porteur pour les investisseurs est la création de chaines de froids pour la conservation des produits halieutiques qui est quasi inexistant sur le territoire.

7. Quid du secteur de l’industrie

Le secteur industriel béninois offre des opportunités intéressantes bien qu’étant encore à l’étape embryonnaire.
La création d’une zone franche industrielle et des zones économiques spécialisées offrant des avantages fiscaux et douaniers intéressants et la mise en place d’un code des investissements attractif en cours de relecture pour plus d’attractivité sont des opportunités et conditions mises en place par le Gouvernement pour attirer plus d’investisseurs dans le secteur.
L’industrie béninoise est fortement caractérisée par la prédominance de petites unités de transformation agroalimentaire. Cliquez pour tweeter

Cependant, les plus importantes industries sont orientées autour de l’égrenage et de la transformation de la principale culture d’exportation qu’est le coton mais également autour de la production du ciment. Avec une contribution au PIB d’environ 8% le secteur de l’industrie béninoise est encore vierge et offre d’importantes opportunités à saisir par les investisseurs notamment dans la transformation des produits agroalimentaires.

Cet article n’a pas la prétention d’avoir couvert tous les secteurs porteurs d’investissement au Bénin. Il est également bénéfique de miser sur le partenariat public-privé pour tirer profit des possibilités inouïes. A la suite de la lecture, partagez avec nous, en commentaires, vos impressions ou autres idées de secteurs, non évoqués, porteurs pour investir au Bénin.

A bientôt sur Blog de José Herbert.

Ecrit par
José Herbert AHODODE
Ajouter un commentaire

4 commentaires
  • Très intéressant. Merci pour le partage. L’autre chose c’est l’accompagnement des jeunes dévoués à l’entrepreneuriat. Des efforts du gouvernement et des partenaires internationaux se remarquent mais je pense que le gouvernement ferait mieux s’il supprimait totalement les allocations universitaires au profit des meilleurs lauréats des écoles professionnelles et techniques. Ceci pour soutenir ceux d’entre eux décidés de se lancer dans l’entrepreneuriat. Car aujourd’hui, avant de bénéficier d’un appui du gouvernement il faut aller suivre d’autres formations initiées à cet effet, même si c’est dans ton domaine. Cela décourage.

    • merci beaucoup cher Abiola pour votre commentaire très utile. Sans s’y limiter, je suis conscient que les leviers sur lesquels nous devons travailler pour relever nos défis quotidiens et surtout accroitre le niveau de compétitivité de nos entreprises sont immenses. L’Etat fait ce qu’il peut même s’il reste encore beaucoup à faire. Ce que vous proposez est pertinent ; je me demande ce que penseraient les bénéficiaires de ces allocations (qui les aident dans une certaine mesure). Mais je m’inscris entièrement dans une logique, celle de gérer de manière efficiente les maigres ressources que nous avons !
      Au plaisir de vous (re)lire bientôt !

    • Tout à fait cher Abiola, je partage la même opinion que toi. Le Bénin est l’un des pays de l’Afrique de l’Ouest à disposer des écoles spécialisées dans la formation technique et professionnelle, entre autre les collèges et lycées techniques agricoles, les collèges et lycées techniques industriels y compris l’hôtellerie/tourisme etc. Si le gouvernement pensait à doter les apprenants sortis de ces écoles de formation d’un minimum de financement afin de leurs permettre de s’installer au sein d’une entreprise individuelle ou collective serait un grand pas pour la création d’emploi dans ces différents secteurs identifiés par José. Notons que les élèves en fin de formation dans nos établissements techniques agricoles disposent à leurs actifs un micro-projet qu’ils présentent devant un jury, valoriser ces plans d’affaires en octroyant un financement permettra la création d’emploi dans le secteur agricole qui regorge d’énorme potentialité.

      • Merci cher Eugène Wagua AKARA pour ton commentaire. Effectivement, il existe une possibilité de valoriser les plans d’affaires et mémoires des apprenants qui sortent de nos lycées et universités ; il s’agit bien évidemment d’une décision politique. En même temps, il serait intéressant d’élever la qualité scientifique de ces différents documents que produisent les apprenants. Ce n’est qu’ensemble, en corrigeant progressivement les failles du système éducatif, qu’on y arrivera. Continuons de nourrir des réflexions constructives ; c’est le but de ce blog.